Stratégie/Mouvement Wikimedia/2017/Sources/Comment la découverte et le partage de l'information fiable ont évolué

From Meta, a Wikimedia project coordination wiki
Jump to navigation Jump to search
Other languages:
English • ‎Tiếng Việt • ‎español • ‎français • ‎italiano • ‎polski • ‎עברית • ‎العربية • ‎हिन्दी • ‎中文
Copié depuis l'article du blog publié le 7 juillet.

La Fondation Wikimédia a récemment organisé trois discussions informelles avec plusieurs experts sur l’évolution du partage de l’information à travers le temps.

Old book bindings.jpg

Par moment, l’on a l’impression que le monde évolue a une vitesse jamais égalée, et il est facile de perdre de vue que nous vivons en première ligne de l’échelle du temps de la connaissance qui elle n’a cessé d’évoluer depuis plusieurs siècles, à travers les cultures, les langues et les technologies.

La Fondation Wikimédia a récemment organisé trois discussions informelles avec plusieurs experts sur l’évolution du partage de l’information à travers le temps. Ces échanges ont offert des éléments utiles pour comprendre les défis modernes de notre époque de même les opportunités qui s’offrent à nous pour bâtir la communauté Wikimédienne d’aujourd’hui mais surtout celle de demain. Chaque expert invité (Panthea Lee, Adam Hochschild, et Uzo Iweala) ont partagé des idées clés concernant d’autres projets mis en œuvre par la Fondation dans le cadre des ces actions visant à comprendre le future de Wikimédia.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des deux principaux thèmes issus des discussions. Chaque thème a été publié ainsi que les vidéos et transcriptions complètes.

La confiance que nous avons à la fois dans les sources et dans les mécanisme de diffusion de l’information évolue sans cesse. Les gens ont des habitudes changeantes en ce qui concerne les institutions et canaux traditionnels de du savoir et préfèrent se fier à leur propres moyens pour explorer et partager l’information avec les personnes dans lesquelles ils ont confiance. Cela est d’autant plus vrai chez le lectorat jeune, un axe des discussions avec Panthea Lee, Concepteur en chef chez Reboot, une firme spécialisée dans la conception d’études et qui a aidé à mettre en place le projet des Nouveaux Lecteurs au Nigéria et en Inde.

«Nous voyons beaucoup de jeunes suivant des vloggers et autres blogueurs qui se sont bâtit une certaine notoriété. Ces jeunes ne considèrent pas toujours le contenu de Wikipédia comme crédible ou facile à utiliser», a déclaré Lee, notant qu'un aspect futur possible du travail de la Fondation pourrait être de créer des moyens d'intégrer les ressources de Wikimédia grâce à des outils modulaires qui pourraient être utilisés au sein des communautés où les jeunes lecteurs découvrent, créent et partagent l’information, puisque ceux-ci semblent accorder plus de crédit à ces canaux là plutôt qu’aux canaux classiques d’information.

Le faible niveau de confiance dans les institutions éducative peut pousser plus rapidement les gens à se tourner aussi vers le savoir créé et partagé par un individu. « Les gens ont soif se sources de connaissance alternatives » explique Uzo Iweala, un physicien, écrivain, conseiller pour le compte de la Fondation, CEO et Rédacteur en chef de Ventures Africa.

S’ouvrir aux nouveaux lecteurs peut aussi faire entrer en ligne de compte le défis de la vérification. Les sources de connaissances auxquelles l’ont accorderait peu de valeur dans certaines communautés, telles que le récit oral, constituent des source primaire de confiance dans d’autres communautés. Iweala a partagé un exemple personnel : « Nous pouvons retracer ma généalogie jusqu’à peut-être 1400, mais personne ne croirait cela par ce qu’avant tout, c’est lorsque les britanniques arrivèrent en 1800 qu’ils ont commencé à conserver des archives écrites. Mais l’histoire remonte plus loin, beaucoup plus loin. »

En face des obstacles la créativité peut engendrer de brillantes et innovantes méthodes de partager la connaissance. Adam Hochschild, co-fondateur de Mother Jones, a examiné l’histoire du partage de la connaissance, en donnant quelques puissants illustrations sur la façon dont les gens ont créé des solutions pour contourner les obstacles au partage de la connaissance.

Hochschild a fait référence à son étude sur la ville de Londres durant le mois de février 1788, époque à laquelle “la moitié des débats enregistrés traitent d’esclavage et du commerce d’esclave.” Adam souhaitaient comprendre ce qui avait occasionné ce pic soudain pic des discussions liées à l’esclavage. Ses recherches l’ont amené à découvrir un cas étonnamment brillant d’utilisation de l’activisme axé sur le formatage.

"Un petit groupe bien organisé de fervent partisans de l’abolition ont commencé à manifesté", à l’aide de pamphlets et ont inspiré la création de la fameuse affiche (ci-dessous), nous a-t’il dit, dépeignant le chargement d’esclave des navires britanniques Brookes juste en dessous de la loi de 1788 réglementant la traite d’esclaves.

Slaveshipposter.jpg

Hochschild a déclaré que l'affiche a contribué à renforcer le soutien public afin de mettre un terme à l'esclavage:

L'impression de graphiques en noir et blanc était là, vous le savez, depuis un siècle. Mais ils ont commencé à utiliser cela pour leurs besoins, et l’une des preuves c’est cette affiche célèbre d'un navire d'esclaves ... Quand vous lisez des mémoires de cette période, vous trouvez beaucoup de gens qui écrivent sur ce qui a changé en eux lorsqu’il ont vue l'affiche du navire esclave pour la première fois.

Sur la base d’un exemple moderne d’innovation utilisation le récit comme mécanisme d’enregistrement et de partage de la connaissance, Hochschild a fait référence aux Archives Populaires d’Inde, qui documentent exactement le type d’information que la presse locale a de tout temps écarté telles que les chants traditionnelles. Ces documents peuvent maintenant être utilisé pour de la recherche académique.

C'est un peu dépassant de penser à toutes les histoires qui n'ont jamais été partagées uniquement parce qu'il n’existait pas encore de moyens de le faire. La bonne nouvelle est que l'histoire ainsi que le travail des communautés du monde entier montrent aujourd'hui qu'il est possible de construire un avenir pour le partage des connaissances, cela à travers les cultures et les générations à venir. Tout ce qu’il nous faut, c'est de la créativité, du dévouement, de la confiance et être conscient(e)s que les choses changeront une fois de plus.

Avez-vous changé votre manière d’explorer et de partager l’information que vous estimez fiable? Vous êtes invité(e) à rejoindre la discussion sur comment nous contribuons au partage de la connaissance et à partager vous aussi les défis que vous rencontrez (et vos solutions ingénieuses).

Margarita Noriega, Consultante Stratégique, Communications, Wikimedia Foundation

Les vidéos et transcriptions de chaque discussion informelle sont disponibles sur Commons.